• Le crapaud commun

     

    <o:p></o:p>LE CRAPAUD COMMUN

     

    <o:p></o:p>

         Commun partout en France, c’est de février à mars selon les régions que le crapaud (Bufo bufo) sort de son refuge hivernal situé sous des racines d’arbres, dans la terre meuble ou une galerie de rongeur, parfois une cache dans une cave ou un appentis de jardin, un regard d’eau pluviale il part retrouver le plan d’eau où il est né, et seulement celui-là, situé parfois à plusieurs kilomètres de là, au risque de sa vie… Les couples se forment alors et les femelles pondent de long chapelets d’œufs qui tombent eau fond de l’eau. Les adultes se séparent et rejoignent alors la terre en explorant les terrains alentour à la recherche de leurs proies favorites : fourmis, coléoptères, chenilles et tous les insectes qui abondent localement. Rarement les limaces, trop immobiles pour être repérées. L’été le crapaud s’enfouit sous les feuilles mortes et les touffes des plantes, sous un tas de bois, à la recherche d’humidité et de fraîcheur. Il s’installe volontiers dans les jardins touffus et non traités chimiquement dans lesquels il joue un rôle bienfaisant.

     

    <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    <o:p> </o:p>

    Le crapaud commun (Bufo bufo Linnaeus) est une espèce d’amphibien classé parmi les anoures. C'est l'espèce de crapaud la plus répandue en Europe.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     

    Apparence<o:p></o:p>

         Le Crapaud commun est court sur patte et trapu. Sa peau est recouverte de bosses (appelées pustules) ressemblant à des verrues - mais qui n'en sont pas. Il s'agit en réalité de glandes sécrétant pour certaines un mucus lui permettant de ne pas se dessécher et de préserver ainsi l'humidité et l'élasticité de sa peau. D'autres glandes sécrètent un poison servant de défense contre les ennemis potentiels. Ce poison n'est dangereux que pour les carnassiers qui veulent le mordre.<o:p></o:p>

    Taille : 8 à 9 cm pour les mâles, 10 à 12 cm voire plus pour les femelles. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Alimentation<o:p></o:p>

    Le crapaud se nourrit principalement d’insectes divers et de petits animaux (limaces, vers de terre, chenille, cloportes, mille-pattes, petits coléoptères etc...) qu'il attrape avec sa langue collante. Le crapaud mastique sa proie en l'écrasant avec le palais; ainsi quand il mange ses yeux se ferment et rentrent dans sa tête.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Habitat<o:p></o:p>

         Le crapaud vit à peu près partout en plaine notamment dans les milieux humides. Il vit sur terre et ne rejoint l'eau uniquement pendant la brève période de reproduction. Bon marcheur, on peut le rencontrer très loin des plans d'eau.<o:p></o:p>

    Reproduction<o:p></o:p>

         Au début du printemps dans les pays tempérés, les crapauds se regroupent par dizaines voire par centaines autour d'un étang pour s'accoupler et pondre leur œufs qui deviendront tétards et se transformeront en petits crapauds en quelques semaines : des poumons vont prendre le relais des branchies. Lors de la phase d'accouplement, les mâles cherchent une partenaire pour fertiliser les œufs de celle-ci. Il n'est pas rare de voir plusieurs mâles s'agripper autour de la même femelle. Leur instinct de reproduction les mène à s'accrocher à tout ce qui bouge (grenouilles, poissons, pied agité au bord de l'eau) et à ne lâcher prise parfois que plusieurs jours après.<o:p></o:p>

         Les crapauds ne s'accouplent pas ventre à ventre. Pendant les ardeurs du rut, le mâle, généralement plus petit que la femelle, la harcèle parfois avec maladresse avant de se hisser pour de bon sur son dos.<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Hivernation<o:p></o:p>

         Suivant les régions, il hiverne d'octobre à mars dans une cavité à l'abri du gel (tunnel d'animal, cave, tas de bois).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Particularités<o:p></o:p>

         L'œil cuivré, caractéristique de l'espèce Bufo bufo (crapaud commun), peut voir très bien la nuit grâce à sa pupille horizontale très extensible. Quant à la peau toujours humide garnie de tubérosités venimeuses, elle n'est dangereuse que pour les carnassiers qui veulent mordre les crapauds. <o:p></o:p>

         En présence d'un ennemi naturel tel qu'une couleuvre, le crapaud commun se dresse sur ses pattes et se gonfle pour paraître plus gros et décourager le prédateur. D'autre part, il possède 2 glandes à l'arrière de la tête produisant du poison. <o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Écologie<o:p></o:p>

          Les crapauds communs nous débarrassent des insectes dans nos champs (sans pesticides).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

    Menaces<o:p></o:p>

         Comme la plupart des amphibiens, la destruction et l'assèchement des marais ainsi que les pesticides constituent une menace pour l'espèce. Beaucoup de crapauds communs sont écrasés sur les routes en rejoignant leur zone de reproduction d'où la mise en place de crapauducs.<o:p></o:p>

         C'est juste après la métamorphose et au sortir de l'eau que le Crapaud commun est le plus vulnérable à ses prédateurs, à la déshydratation, aux pesticides et au roadkill (écrasement sur les routes).<o:p></o:p>

    <o:p> </o:p>

     

    « Faune du jardin - IndexLa mésange à longue queue »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :